AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Promenade au bord de la plage [ Hilya Lys]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaito Ryūnosuke

avatar


MessageSujet: Promenade au bord de la plage [ Hilya Lys]   Lun 20 Jan - 20:44

Allongé sur le canapé, tel un mort, sur le petit canapé du salon, vêtu des mêmes vêtements que la veille, je venais de me réveiller, j'étais dans les vapes. Nous étions dimanches, cela ne faisait que quelques jours où j'étais arrivée à Tsu kino, il me manquait un grand nombre de meubles. Je bougeai ma tête vers la gauche pour voir l'heure qu'il était sur l'horloge que j'avais posée sur le meuble juste en face du canapé et à côté de ma télévision: 10 h 03. Il était 10 h03 . Qu'est qu'il m'avait pris de me lever à une heure pareil .! D'habitude je ne me réveillais pas avant 12 h 00 ! Et cela, quand tout se passait bien !Ah oui ! C'Était la lumière du jour qui m'avait réveillée. Je n'avais pas encore mis de rideau et la lumière passait, et en plus mon appart' était exposé à la lumière du jour, en fait uniquement la cuisine et le salon.. J'essayai de me lever, peut-être un peu brusquement, ou pas, enfin quoi qu'il en soit, je n'arrivai pas à bouger ne serait-ce que le petit doigt. Oui j'étais là, allongé sur le canapé dans l'impossibilité de bouger, le seul mouvement que j'arrivais à faire était de faire tourner ma tête. Ce n'était pas la première fois que cela m'arrivait, mais c'est toujours aussi flippant que quand cela arrive pour la première fois. Cela veut juste dire que mon cerveau n'est pas réveillé. J'attendis une petite vingtaine de secondes et oui, attendre une vingtaine de secondes c'est très long ! N'oublie pas que je ne pouvais pas bouger. Une fois certains que je pouvais bouger normalement, je me levai tout en douceur, la table de mon salon était complètement en désordre, des livres jonchait l'espace en plus d'un tas de feuilles, en regardant de plus prés, des documents administratifs pour la plupart remplis.

Je regardai le reste du bazar, qu'avais-je fait hier soir ? Je regardai les feuilles blanches qui semblait avoir mon écriture, et je me rappelai avoir travaillé tard sur mon prochain bouquin, je travaillais déjà sur les personnages. J'avais dû m'endormir en écrivant hier, ce qui expliquait que j'avais dormi avec mes lunettes. Je reposai mes essais et m'approchai de la fenêtre pour la fermer. Après cela, je me dirigeai vers ma chambre, récupérant des habits propres et des sous-vêtements avant de partir dans la salle de bains me laver/ m'habiller…. Ainsi arriva Madame. Fainéantise, ma meilleure amie depuis l'adolescence, grâce, ou plutôt à cause d'elle j'avais pris beaucoup de temps dans la douche, ne voulant plus sortir. Pour une raison que j'ignore, depuis quelque temps j'étais fatigué. Sortit de la douche, je m'écroulai sur le canapé, encore aujourd'hui je ne ferais rien. Alors que j'essayais de dormir, mon ventre, capricieux comme il était se mit à gargouiller, je ne sais pas depuis quand je n'avais pas mangé, mais une chose était sûr, c'est que cela faisait bien deux jours. Je me relevai de mon canapé lentement mais difficilement. Il faudrait tout de même que je fasse plus de sport parce que là j'atteins le fond. Je me dirigeai vers la cuisine et découvris avec surprise, ce qui n'aurait pas dû l'être que mon frigo était vide. Il n'y avait rien, mais absolument rien. Je n'avais donc jamais fait les courses . Oui c'est une bonne blague, depuis quand j'ai déjà fait les courses ? C'est vrai que maintenant j'ai l'air d'un môme qui attend toujours que ses parents fassent les courses pour manger. J'étais complètement irresponsable.


Bon ce n'était pas si mal de toute façon, cela me permettrait de sortir un peu dehors et visiter la ville. Et ainsi je mettrai l'une de mes vestes et quittai ma demeure. En quelques secondes je finis dehors, il faisait bon et je respirais enfin un peu d'air frais. Je me mis à marcher. Je ne connaissais pas la ville, il faut le dire, mais je trouvai assez facilement un magasin, c'est en parcourant les rayons que l'idée de rentrer à la maison et d'y restez confiner le reste de la journée me parut comme horrible et il ne fallut rien pour me décourager de rester là-haut. Je fis mes courses, prenant ce donc j'aurais besoin et je repartis dans l'appart poser mes achats, récupérant seulement un sandwich que je mangerais en route.

Je fis le tour de la ville, passant par les moindres ruelles, les moindres chemins, petits sentiers… Ce qui me permettait de connaitre un peu plus cette ville. Et en un rien de temps, enfin bon peuvent être trente minutes, je ne sais pas, j'étais arrivée au bord de la mer, avec sa plage de sable fins, son eau de couleur huile me faisant penser à un vieux tableau de ma mère. Il y avait quelques vagues qui venaient s'écraser contre le sable fin. Le vent marin venait aussi se frapper contre moi et les obstacles se présentant sur son chemin, un vent marin des plus agréables, regardant le soleil, je fermis les yeux pour entendre le bruit de la meret oublier ne serait-ce qu'un instant les petits soucis du quotidien. Je restai ainsi pendant une vingtaine de secondes, enfin calme et décontracté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilya Lys

avatar


MessageSujet: Re: Promenade au bord de la plage [ Hilya Lys]   Mar 8 Avr - 7:12

7h00

Mon réveil sonna, me réveillant un peu trop brusquement pour mon corps. Je m'était cognée  contre le rebords de la table de nuit. Premier faux pas de la journée qui allait peut-être rendre la journée  suffisamment mauvaise pour me faire rager. Je passa dans ma salle de bain, regardant mon front qui possédait dés a présent une magnifique bosse que je n'avait pas raté.  Après ma douche ;un peu de pommade et du maquillage pour cacher cette blessure et j'en aurait fini avec ceci. Le temps de me laver, habiller et sans oublier me maquiller et j'avais fini avec la salle de bain. M'avançant vers ma cuisine, il ne me fallut que peu de temps pour manger, si on peut appeler ça comme ça. Je n'avais pas faim, c'était une évidence, je passais plus de temps à chercher ce qu'il y avait que de manger. Ce fut avec un croissant, un pauvre verre de jus de fruit et une pomme que je partie pour mon cabinet, je savais pertinemment que j'aurais faim dans moins de quinze minutes mais ce n'est pas grave, je prendrais un truc à ce moment là. Le temps de récupérer mon courrier et je fila.

Je fis le tour de la ville, cherchant mon cabinet, après c'est quelques mois ici, je n'était toujours pas capable de repérer mon lieu de travail quand j'étais un peu pressé, comme aujourd'hui. D'habitude, pour une raison que j'ignore, je partais à la même heure pour arriver à l'heure que je me fixais, mais aujourd'hui, j'avais l'impression d'être en retard et je détestais ça. Je détestais être en retard pour aller travailler. Je marchais un peu vite, slaloment entre les passants peu nombreux: c'était des lycéens, des personnes âgées faisant leurs courses le matin, très tôt et des adultes qui allaient à leurs travails.
Il faisait un peu froid et humide, j'aurais mieux fait de prendre un petit manteau chez moi avant de partir.
Le temps de me dirigé vers le cabinet, ce qui m'a pris cinq minutes. Je m'apprêta à sortir mes clefs dans ma poche, dont j'avais déjà la main qui les cherchaient quand mon regard ce posa sur une feuille blanche que j'avais accroché sur la porte d'entrer:

             " Cabinet fermé le dimanche, toute la journée"

Mince! On était quel jour déjà? Dimanche. Et aujourd'hui, le cabinet était fermé. Je n'aurais pas de patient à m'occuper aujourd'hui et je n'avais pas de travail écrit pour l'instant. Le cabinet étant nouveau, le nombre de patient que j'avais vu était assez restreins. Je n'avais pas beaucoup de travail, malheureusement pour moi. Si j'ouvrai le cabinet, je n'aurais rien à faire et mon pire ennemi est l'ennui. L'ennui est insupportable pour moi.
Il ne me fallut pas longtemps pour partir, laissant le cabinet seul. Je ne me dépêchait plus, regardant le ciel. Quand tout à coup, mon ventre ce mit à gargouiller: j'avais faim, enfin ce qui n'est pas étonnant, je n'ai presque rien mangé ce matin. Je parti à la recherche d'une boulangerie pour acheter quelque chose. Une fois la pâtisserie achetée, je retourna chez moi, tout en mangeant. Je ne resterais pas chez moi aujourd'hui, je pensa alors à sortir de la ville, prendre l'air du côté de la forêt! J'aime bien la forêt, les arbres et les feuilles  mortes à terres, les couleurs de la terre.  Ca me rappelais des souvenirs de mon enfance passé, des souvenirs avec mon grand frère, que devenait-il maintenant?

Je continuais de marcher tout droit, si mes souvenirs sont bons, je devrais voir la forêt d'ici peu de temps, normalement, oui normalement. J'avais marcher dans pendant un moment, et pas de trace de la forêt. Après avoir marcher et marcher et marcher sans trace de mon lieu d'arrivée, je m'arrêta un peu, persuader que depuis le début je tournais en rond. Mon sens de l'orientation a toujours été… pittoresque. Et j'étais persuadée de m'être perdu. Je cherchai alors dans mon sac à main une carte de la ville, il me semble que j'en ai une dans ce sac, mon sac s'est relevé être une épreuve fastidieuse, qui aurait crût que j'avais autant de truc dans ce sac. Il y avait un peu de tout: mon téléphone portable, déchargé, des mouchoirs, un agenda, une trousse de maquillage?, des stylos, des bonbons et mes lettres. Les lettres reçus ce matin.  Il n'y avait presque que des pub pour des magasins ou entreprises et une lettre de mes employeurs. Oui ceux qui m'avaient envoyés ici.

Sans prendre attention a tout ça, je repartis, mais cette lettre me laissa perplexe, je la repris et l'ouvrit. C'était une lettre qui m'informait que certain de mes collègues partaient et 'autres arrivaient. Pourquoi m'avoir envoyés cette lettre? Après un léger coup d'œil a la liste des nouveaux, je n'aperçut aucun nom susceptible de m'intéresser.
D'un coup mon pied glissa, je réussi à ne pas tomber par chance mais la lettre tomba, sur du sable, du sable?
J'étais tellement absorbée par cette foutu lettre que je n'avais même pas remarquer que j'étais sur la plage, je n'étais jamais venu ici, je regardai le panorama ; cette endroit était merveilleux, une plage magnifique au couleurs clair. Un paysage paradisiaque.
Je rangea la lettre dans mon sac, continuant de regarder ce paysage tout en marchant, curieuse de voir si toute la plage avait ce magnifique portrait.

Je n'avais fait qu'une centaine de mètre quand j'aperçut un jeune homme, plus grand que moi. Un jeune homme qui me semblait inconnu.  Il était grand, avait des cheveux sombres et l'air serein , il était plutôt bel homme!
Il avait les yeux fermés et ne semblait pas m'avoir entendu, il devait être très concentré ou dans ses rêves pour ne pas m'avoir remarquer. Je m'avança pour le contourner en essayant de faire le moins s de bruit possible, je ne tenais ni a le déranger, ni à discuter avec lui.

«Crac»

Discrétion: zéro.
J'avais eu le malheur de marcher sur une branche d'arbre que je n'avais évidemment pas vu.
J'imagine que je suis rouge de honte, moi qui ne voulait pas me faire remarquer. Je suis sur d'une chose, je suis gêné et je dois vraiment faire une tête bizarre.

«Eu-Euh... Désolée... De v-vous avoir dérangée.»

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaito Ryūnosuke

avatar


MessageSujet: Re: Promenade au bord de la plage [ Hilya Lys]   Sam 2 Aoû - 7:43

Perdu dans mes pensées, je semblais tout oublier, tout les petits soucis de ces derniers jours comme le déménagement, l'émotion que j'avais ressenti quand j'étais parti lorsque j'ai quitté ma sœur. Ça faisait du bien, je devrais faire ça plus souvent.
J'étais complètement perdu dans ces rêveries, je ne voyais rien, le bruit des vagues me permettait de ne rien entendre. Je me sentais soigné par ce moment de détendre et de calme que je m'étais accordé.

« Crac »
Ce petit bruit strident de branche cassé me déconcentra de ma méditation,ce moment fut plus raccourcit que je ne l'avais prévu.Qui avait bien pût me déranger ?!
Instinctivement je me retourna pour faire face à la personne qui m'avait dérangé. Ce fut une petite surprise : c'était une femme, d'une vingtaine d'années, des yeux bleu et de long cheveux blond. Elle était vraiment canon. Elle ne doit pas être étrangère avec ses cheveux blond et ses yeux bleu c'est très rare pour des japonnais. Elle était rouge et semblait dans tout ces états, elle semblait gênée.

«Eu-Euh... Désolée... De v-vous avoir dérangée.»

Elle disait cette phrase avec beaucoup d'effort,elle butait presque a chaque mot, plus elle parlait , plus j'avais l'impression qu'elle rougissait, c'est assez mignon de la voir comme ça. Bon, même si je ne la connaît pas. Ça m'embarrassai cette façon formelle de me parler et le fait qu'elle s'excuse d'avoir marcher sur la plage, qui n'est absolument pas à moi soit dit en passant. Machinalement, je me grattais le cou, maudit tic que j'ai quand je suis intimider, je te maudit.

«  C'est rien, pas besoin de s'excuser... »

Je ne savais pas trop comment m'y prendre avec cette femme, au premier abord elle semblait assez maladroite vu la vitesse assez impressionnante à laquelle elle s'était mise à rougir, on aurait dit une ado qui avais vu ce qu'elle n'aurait pas dû et en aurait honte.
Quoi lui dire d'autre à part cela ? Sans s'en rendre compte, elle m'avait mis dans une situation gênante et nous étions là comme deux ados qui bégayaient. Je la scrutai machinalement ses vêtements, de sa chemise à ses chaussures à talons incroyablement haut, un petit détail attira ma vive attention, c'était une simple enveloppe blanche qu'elle tenait à sa main, elle était plié et on ne voyait pas grand chose, je ne réussi à lire que « Hily »

« Hily..... C'est votre nom Hily ? »

J'avais sorti cela machinalement, sans réfléchir, c'était quand même impoli de lui poser cette question quant tenu de comment je l'avait découvert, en regardant dans ce qui ne m’appartenait pas. Mais bon maintenant c'était fait, je n'avais pu qu'à attendre sa réponse, au pire elle pouvait faire quoi ? M'ignorer et partir ? Après tout je ne la connais même pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilya Lys

avatar


MessageSujet: Re: Promenade au bord de la plage [ Hilya Lys]   Lun 24 Nov - 9:18

Le jeune homme se trouvant à moins d'un mètre de moi ne disait rien, ce qui agrandissait le malaise déjà présent autour de nous depuis un moment. Le seul mouvement qu'il fit, fût de ce gratter le cou, signe qu'il ne sentait pas à sa place. J'avais reconnu ce geste très significatif dans le monde de la psychologie, quand je n'étais encore qu'à la fac, on m'avait apprise toutes ces gestes et leur signification dans les moindres détails, ça faisait partie de nos cours et aujourd'hui encore je les connaissais presque par cœur. J'y avais eu recours de nombreuses fois et aujourd'hui encore, j'avais eu besoin de se savoir pour pouvoir communiquer avec les gens. C'est une science presque inconnue mais pourtant si utile.

« C'est rien, pas besoin de s'excuser... »

Il m'avait sortît ça naturellement, j'oubliais presque qu'il était devant moi tellement j'étais absorbée par un autre sujet. Il avait réussi à me faire oublier sa présence.

Mais, il avait raison, pourquoi je m'excusai ?! J'avais l'air un peu idiote et gauche avec mes réflexions et mes façons de faire . L'homme ne sembla pas attendre une quelconque réponse de ma part. Puis il se mis a me scruter, s'attardant plus sur mes vêtements les regardant de haut en bas, sans aucune expression, scrutant le moindre détail, à un moment il s'arrêta quelques secondes et retourna dans sa position initiale, regardant mon visage, avait-il eu fini son minutieux examen que je concentra mon attention sur ce qui avait pu l'attarder. Il avait réussi à me faire paniquer sa façon de me regarder, j'avais l'impression d'être examiner et jugé. Je dois être un peu parano, c'est assez embêtant pour une psy d'avoir ce genre de maladie psychique. Malgré mes essais, je ne trouvai rien qui puisse l'intéresser. Finalement, il répondit à ma réponse avant que je n'ai eu le temps de la poser :

« Hily..... C'est votre nom Hily ? »


Comment avait-il su ? Enfin bon, même s'il s'était un peu trompé puisqu'il manquait une voyelle à mon nom mais je fus quand même un peu surprise. Sur cette phrase j'ouvris mon sac à main, cherchant mon portefeuille. Ce sac était complètement rempli de choses toute à fais normale comme mon téléphone portable, mon agenda, un parapluie, un carnet de notes, un crayon à maquillage ou un rouge à lèvre, mais d'autre chose plus étrange comme des vêtements et sous vêtement jamais mis, des paquets de bonbons vides, une vieille clef USB que je ne connaissais pas ou encore une brosse à dent. Je n'explique pas ce que font ces objets dans mon sac à main et a vrai dire je ne veux pas savoir!
Après, je pense, une bonne dizaine de secondes, je trouvai enfin mon portefeuille, celui-ci était tout au fond du sac. Je l'ouvris pour récupérer une carte de visite que j'avais fait faire pour le cabinet avait de partir de France. Je la tendis à l'homme devant moi.

« Je m'appelle Hilya Lys, je suis la nouvelle psychologue de Tsukino, enchanté de vous rencontrer »

Sorry Sorry Sorry :/:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Promenade au bord de la plage [ Hilya Lys]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Promenade au bord de la plage [ Hilya Lys]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenade au bord de la Deûle
» Ma cabane au bord de plage
» Promenade sur la plage
» Ballade en bord de mer à Antibes
» Promenade au bord de l'océan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Zone de RP :: Orée de la ville :: Plage-
Sauter vers: