AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une sortie pour vivre ─ PV Jacques Jones.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une sortie pour vivre ─ PV Jacques Jones.   Sam 17 Aoû - 16:42



Dans    mes    rêves. 

─ PV Jacques Jones.



  • AUJOURD'HUI EST UN JOUR COMME LES AUTRES. Ce matin, je me suis réveillée avec une envie de sortir. Comme toujours. Restée enfermée trop longtemps est une chose insupportable. J'aime la nature, j'aime courir, j'aime me sentir libre. Je m'habille en vitesse de ma tenue habituelle. Certes, il s'agit d'une robe. Mais, depuis enfant, j'ai pris pour habitude de courir vêtue ainsi. Bien entendu, les premières que j'ai eu non rien à comparer à celle-là. Pourquoi ? Dans un orphelinat, je ne pouvais pas avoir de beaux vêtements. Ils étaient normaux. Neutres. Celle que j'ai a de la dentelle. Je suis tombée amoureuse de cela en grandissant. Et je suis fière de pouvoir me débrouiller enfin seule.

    Parfois, je repense à l'orphelinat. Je repense à tout ce que j'ai vécu. A tout ce qu'il s'est passé. Après l'incident, la jeune fille s'est excusée. Elle ne m'a plus jamais approchée. Tout comme ses amies. Suivis de près par les autres. A cause de cela, le reste de mes années en orphelinat se sont passées seule. Alors oui, j'ai été heureuse de quitter cet endroit. Et j'ai eu beaucoup de chance de trouver un travail. Bien que certains n'aiment pas me regarder trop longtemps. Mes yeux sont si perturbants que cela ? Malgré tout, je ne perds jamais le sourire. Je suppose que si je ne fais aucun effort, tous les clients fuiraient. Ou n'oserait m'approcher de trop. Eh bien, je n'ai que faire d'eux. Je préfère vivre ma vie.

    Après avoir fini ma toilette, je descends en trombe l'unique escalier qui mène à la boutique. Son propriétaire se fait vieux. Je suppose qu'il m'a engagé car il ne trouvait personne d'autre. Ou parce que j'étais active. Ou que je semblais décidée. Peu importe. Je saute l'avant dernière marche et atterris au sol un genou à terre. Mon regard se lève vers la porte d'entrée. Aujourd'hui, c'est dimanche. Nous sommes fermés. Revenez lundi, récité-je en mon for intérieur. Un sourire se dessine sur mes lèvres. Je me relève, et trottine vers l'entrée. Comme je m'y attendais, elle est fermée. D'un geste impatient, je sors la clé, et la fait entrer dans la serrure. Je la tourne. J'entends le cliquetis. Un frisson me parcourt. Je sais que pour atteindre l'endroit visé, il va falloir que je traverse la ville. Sous ce soleil. Etant albinos, cet astre lumineux me brûle comme la peau. Néanmoins, mon sourire ne disparaît pas. Et, après être sortie, je referme à clé la porte derrière moi.

    Je sors une ombrelle, et l'ouvre. J'aime beaucoup la dentelle, mais je ne peux en avoir de trop sur mon ombrelle. Le soleil pourrait s'infiltrer à travers les trous. Ma peau fragile ne le supporterait pas. Mon ombrelle est donc très jolie, très féminine, assortie avec mes vêtements, et me cache du soleil. Elle est parfaite. Enfin, je la porte au dessus de ma tête et me voilà partie. Dans la rue, je ne passe jamais inaperçu. Qui ne se retournerait pas ? Je ne dis pas là que je suis jolie, bien au contraire ! Mais voir une jeune fille vêtue de gothique lolita, ayant une ombrelle, et surtout, de longs cheveux blancs n'est pas commun. De plus, si l'on s'y attarde, on découvre alors de grands yeux rouges. Donc oui, on se retourne sur mon passage. Mais il y a beaucoup plus de surprise que d'admiration. Je ne suis pas très aimée de tous. Enfin, je passe très vite la ville. Je préfère la nature. Il y a moins de monde. Et les personnes s'y attardent moins.

    Rapidement, j'arrive à destination ; La forêt. Un endroit magnifique. Peu de gens ont consciences de la beauté de la nature. Moi, si. Je profite toujours de mon temps libre pour m'y rendre. Et dès que j'y suis, même si rien n'a changé, tout est toujours aussi magnifique. Aussi différent, et semblable à la fois. Je suis heureuse de vivre près d'un tel endroit. Souriante, je pénètre dans la nature. Je marche, je cours. Je sens le vent s'engouffrer dans mon cou. La robe que je porte est spécialement faite pour pouvoir courir, ou autre. Je l'ai créé. J'arrive près d'un arbre, et y grimpe avec joie. Cet endroit est assez éloigné du sentier que l'on prend habituellement. Je ne risque pas de tomber sur des personnes.




Bienvenue chez moi.
A suivre...

Revenir en haut Aller en bas
Jacques Jones
General en Chef 8D
avatar


MessageSujet: Re: Une sortie pour vivre ─ PV Jacques Jones.   Ven 30 Aoû - 18:50







Jacques se réveilla, après ce qu'on appellerait communément une bonne nuit de sommeil. La veille elle avait passé une bonne partit de la soirée à discuté avec ses deux meilleurs amis sur Skype. Ils lui manqué, quel idée de repartir au USA ! Enfin, ce n'était pas trop leurs fautes donc la jeune androgyne leur en tint peu rigueur.

Elle s'étira doucement, avant de se lever. Son t-shirt beaucoup trop grand, et son pantalon rejoignirent rapidement le sol, tandis qu'elle se dirigeait vers sa petite salle de bain, vêtue de son boxer.

Elle vivait dans une maison plutôt grande, dans le quartier résidentiel, composé de 1 seul étage plus un rez-de-chaussée, un jardin de taille moyenne. Au rez-de-chaussée il y avait la cuisine, salon, salle à manger, la chambre de ses parents, leur salle de bain. L'étage était réservé à la jeune fille, elle avait sa chambre, ainsi qu'une salle de bain avec des WC intégré à l'intérieur de celle-ci. Enfin Bref.
Une fois dans la salle de bain, elle se débarrassa de la dernière barrière à sa nudité, et pris une longue douche, les mèches les plus longues de ses cheveux éraflant à peine les épaules de la jeune fille. Elle ferma longuement ses yeux orangés.  Puis elle les ré-ouvrit après de longues minute de réflexion,  dans lesquelles se mêlait l'école, ses parents, ses meilleurs amis et une certaine brunette rencontrait quelque jours plus tôt dans le self de son école. Elle se savonna, puis se rinça, avant de sortir de la douche, une serviette enroulée sur son maigre corps. Elle se dirigea vers sa chambre.

Une fois à l'intérieur, et un minimum sèche, la jeune fille ouvra son armoire, dévoilant le miroir sur la porte, dans lequel elle s'observa quelque seconde. Même son corps balance entre celui d'un homme et celui d'une femme. Elle n'a quasiment pas de poitrine, juste de quoi déformé légèrement ses vêtements les plus moulant, ses hanches inexistantes. Ses épaules sont plus fines que celle d'un homme, mais pourtant, moins fines que celle d'une fille. Comme si ça ne suffisait pas, ses jambes légèrement arqués sont elles aussi androgynes. Oui, même si depuis quelques années son corps c'était légèrement féminisé, il n'en restait pas moins masculin.

Elle soupira légèrement, enfila un nouveau boxer, et une bande pour maintenir sa poitrine, et  la faire disparaître. Elle assumait le fait d'être une fille. La preuve, si vous lui demandiez si elle était une fille ou un garçon, elle vous répondrait qu'elle est une fille et vous comprendriez à son expression que pour elle c'est évident qu'elle n'est pas un mec. Elle prit ensuite un pantalon gris, avec des lignes formant des carreaux plus fonçait, elle enfila un t-shirt de couleur bordeaux et une veste à capuche blanche. Elle surmonta la veste de deux ceintures, se croisant sur le devant formant une croix. Elle passa un regard dans le miroir. Un jeune homme tenait place. Un peu fin mais un garçon tout de même. Elle soupira, décidément rare était les fois ou elle était féminine, ou rare était les fois où c'était une jeune fille et non un jeune homme qui apparaissait dans son miroir.
Elle sourit doucement, avant de se re-dirigeais vers sa salle de bains. Elle ne mit que deux piercing à son oreille droite, 3 anneaux en bas de la gauche et deux petites boucles toute simples en haut. Elle enfila un ras de cou, un peu plus large que les traditionnelles, à pointes. Elle ne mit aucun de ses piercing à la lèvre, mais changea son piercing à la lèvre pour une boule coloré.

Elle descendit, engloutit purement son petit déjeuner, et alla à l'entrée enfilé ses grosse bottes de militaires, le tout sous le regard désapprobateur de sa mère. Ses parents n'aiment pas trop son look tape-à-l'œil, ni les nombreux piercings de leur fille. Mais elle leur imposait. Tout comme elle leur imposait de l'appelait Jacques, au lieu d'utiliser son nom de naissance. Elle lança un ''a ce soir" à sa mère, sachant pertinemment que celle-ci travaillait. Quant à son père ? Il avait élu domicile provisoirement à l'hôpital, pour cause  de surcharge de travail. Enfin voilà la demoiselle entrain d'avancé dans les rue de sa belle ville. Jacques adoré cette ville. Comme quasiment tout les natifs de ce village, devenu maintenant une ville. Comment ce lieu pommé avait pu rapidement devenir une ville ? La légende de la fille de la ville. Mais aussi pour son beau paysage. Pour la jeune androgynes sa ville était la plus belle. Elle en connaissait quasiment tout les recoins. Après tout, elle vagabondée dans cette ville depuis sa plus tendre enfance.

Elle s'acheta un verre de tapioca, sa boisson préférez, et marcha au hasard pour se retrouver dans la forêt. Elle haussa des épaules avant de s'y engageait. C'était bien un des lieux ou la jeune fille était le moins susceptible d'aller. Pas qu'elle n'aimait pas la nature, mais elle n'y allait pas souvent, préférant la foule au calme présent de la forêt.  Elle enfila doucement ses écouteurs et s'enfonçant dans la voix du chanteur de Three Days Grace. Elle chantonnait doucement sa chansons préférez, I" hate Everthing about you", sortant du sentier de la forêt. A être là, autant explorer les environs, voilà ce que pensait la jeune fille. Elle marcha un petit moment, boisson tapioca toujours à la main. Elle trouva un arbre, contre lequel elle décida de s'allonger. Elle prit une longue gorgée de sa boisson, se retenant de crier un "NYAAAAAAH VIVA EL TAPIOCA!" et leva la tête.

Elle hoqueta de surprise en voyant une jeune gothic lolita (?) sur les branches. Elle se releva, la tête toujours en l'air, et lui lâcha.

-Oh…. Ben sa alors. Désolée je ne pensais pas voir quelqu'un dans la forêt. Ça va ?


__________________________________________________




Dernière édition par Jacques Jones le Lun 18 Aoû - 22:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une sortie pour vivre ─ PV Jacques Jones.   Sam 7 Sep - 23:27



Dans    mes    rêves. 

─ PV Jacques Jones.




  • AU LOIN, J'ENTENDS DES PAS. Je me raidis dans mon arbre. Qui s'avance à cette vitesse ? Enfin, peu importe la vitesse. Il martèle le sol. Et vient par ici. Je préfère m'éloigner. Je suis encore trop proche du sentier principal. Prenant mon élan, je m'accroupis et bondis sur la branche en face. Celle-ci tremble sous mon poids. Je m'y maintiens, et la serre fort. La prochaine fois, je choisirai une branche plus solide. A cette hauteur, je risque de me briser quelque chose. Je fixe le sol un moment. Si je tombais, j'aurai bien l'air bête. Personne ne passe par ici. Je relève la tête et passe sur la branche au dessous qui me semble plus solide. Je n'aime pas vraiment me rapprocher de la terre ferme. J'ignore toujours pourquoi. Peut-être parce que je me sens libre là où je suis. Enfin, peu importe. J'y suis encore. Alors autant en profiter.

    Je pense m'être assez éloignée ainsi. Je peux arrêter d'avancer. Le souffle court, une petite pause s'impose.

    NON FINI !





Bienvenue chez moi.
A suivre...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une sortie pour vivre ─ PV Jacques Jones.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une sortie pour vivre ─ PV Jacques Jones.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MANGA] Date de sortie pour le 8ème tome d'Aria.
» Pour vivre pleinement...
» Pour vivre heureux vivons caché
» mon projet alzheimer pour le travail
» Sortie WK dans les Vosges, le wk du 26, 27 et 28 mai 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives :: Autres-
Sauter vers: