AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Présentation ─ Kayako Yûki. [ 100 % ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Présentation ─ Kayako Yûki. [ 100 % ]   Ven 16 Aoû - 2:11


Yûki Kayako.



Fiche


Nom : Yûki.
Prénom : Kayako.
Âge : 19 ans.
Date de naissance :Elle l'ignore encore quand exactement. Mais on l'a trouvée le 20 décembre.
Origine(s) : Elle l'ignore. Mais elle pense être née dans cette ville.
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
Etranger ? Natifs? : Native.
Mortel, immortel ? : Mortelle.
Appartement, maison, internat : Appartement au dessus de la librairie.
Travail : Libraire.


Portrait Physique


« Comment me décrire ? Comme vous pouvez le voir, j'ai une longue chevelure immaculée. Blanche, ou grise, comme vous le voulez. C'est vous qui voyez. Pour moi, elle est blanche. J'ai de grands yeux rouges, ou marrons. A vous de voir. Mais s'ils sont bruns, alors leur couleur est bien étrange. Comme vous l'avez deviné, je suis albinos. Ce n'est pas facile à vivre tous les jours. J'ai l'impression que le soleil me brûle la peau. Du coup, je le fuis. Ce qui explique cette éternelle peau pâle. En ce qui concerne mes vêtements, avec mes cheveux et mes yeux, je n'ai jamais rien porté d'autre que du noir, et du blanc. Quoi que parfois, ceci est appuyé d'une teinte de rouge. J'éprouve une certaine passion pour les vêtements anciens. Dans le style un peu gothique. Beaucoup de personnes me trouvent étrange. Pourquoi ? A vous d'en décider. Je ne me souviens que de peu de chose.
Pour le reste, je suis de taille moyenne. Et la grosseur de ma poitrine est ─ on va dire ─ raisonnable. Je ne jugerai pas mon propre physique. Je me trouve dans les normes. Mis à part ma pâleur peut être ? »


Portrait Moral


« Comment vous expliquer ? Tout d'abord, je n'aime pas me vanter. Mais si vous voulez, je vais faire une sorte d'exception. Pour me décrire, il faut bien que je dise mes qualités, comme mes défauts, non ? Commençons par ma spécialité ; Les défauts. Eh bien, je suis assez timide avec les inconnus. Pourquoi ? Ici, ils cherchent tous la même chose. La fille qui rend fou ou immortel. Moi, je vis ici. Point. Je ne suis pas curieuse. Mais avez-vous remarqué que ceux qui en apprenne le plus sur les autres sont souvent les personnes timides ? On ne les voit pas. Ou plutôt, on ne fait pas attention à eux, mais ils ont des oreilles partout. Pour ma part, je me fiche des autres. Je ne suis pas pour autant égoïste !
Oh, et comment vous annoncer cela de manière subtile ? Ah, oui. Je souffre de gros problèmes psychologiques. Je m'en suis rendue compte en grandissant. J'ai tant enfermée mes peurs et mes colères, que j'aurai créé une sorte de dédoublement de la personnalité. Cliché, dites-vous ? Je n'ai que faire de vos reproches. Mais chut. Ceci est notre petit secret. Je fais en sorte d'éviter toute angoisse, toute peur, et toute colère. Je ne pense pas être capable de tuer. Mais je pense surtout que cette partie de moi, cette glace, aime s'amuser avec les personnes qu'elle croise. Je suppose qu'elle aime torturer leur esprit. »




Histoire



« Mon histoire est loin d'être banale. Peut-elle vous paraître invraisemblable ? Oui, fort probable. Je n'ai pas pour habitude à en parler. Comment a-t-elle commencé ? Je l'ignore. Suite à une grand traumatisme ? Probablement. Nous l'ignorons. Où sont mes parents ? Je ne sais pas. Où suis-je née ? Je l'ignore. Un soir, je me suis réveillée dans la rue. Comment suis-je arrivée ici ? Je ne sais pas. Peut être que mes parents ont sombré dans une certaine folie qui est assez connue ici. Peut être sont ils morts. Tant de questions. Mais aucune réponse.
J'ai été recueillie à l'âge de sept ans dans un orphelinat. On m'a alors appelée Kayako Yûki. Kayako est le nom que j'avais sur un bracelet. Yuki ? C'est simplement car l'on m'a retrouvé un jour de neige. J'aime la neige. Pas vous ? Ce blanc est magnifique. Doux, et si fragile à la fois. Magnifique, infini, et pourtant si frêle. Et si froid. Cette fraîcheur est présente quelque part dans mon coeur. Je le sais. Je la sens parfois. Mais j'ignore d'où je la sors.
Les dames qui m'ont éduquée sont des personnes que j'admire beaucoup. Du moins, j'admirais. Les autres orphelines n'aimaient pas me fréquenter. Mes yeux et ma chevelure les effrayaient. Que leur ai-je fait ? Rien. Je suis seulement albinos. Est-ce un crime ? Suis-je un monstre ? Je ne pense pas. Enfin, c'est ce que je croyais.
Un jour, une des filles ─ qui a cru que je lui avais volé sa poupée ─ m'a un peu trop bousculé. Elle m'a enfermée toute une journée dans le placard à balai. On ne faisait le ménage que le soir. Et on passait rarement devant cette porte. J'étais frêle. Je me laissais faire en ce temps-là. Je me suis mise à pleurer. Comme le feraient toutes les filles de mon âge. J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps. J'avais faim. J'avais froid. J'avais peur. Le noir m'effrayait. Il n'y avait pas de lumière. Et cette enfant m'a enfermée à double tour. Après cela, j'ignore ce qu'il s'est passé. Je me suis peut être endormie. Mais comment suis-je arrivée dans ma chambre dans ce cas ? Je me souviens juste avoir éprouvé une étrange et agréable sérénité.
Quand celles qui m'ont recueillit sont entrées en trombe dans ma chambre, elles ont découvert ─ en même temps que moi, d'ailleurs ─ la jeune fille, qui m'avait embêtée accroupie entre l'armoire et le mur. Toute la pièce était un vrai carnage. Il n'y avait pas de sang. Pas de blessé. Mais les tapisseries avaient été déchirés, les rideaux aussi, les lits étaient éventrés. Des plumes ─ venant des oreillers ─ jonchaient sur le sol. Tous, sauf un. Le mien avait été épargnée. Les commodes, les armoires étaient toutes au sol. Certaines étaient entaillées. Et moi ... Ma tenue était dans un piteux état. Mes cheveux étaient en bataille. J'avais quelques égratignures. Comme si je m'étais livrée à un combat.
Les dames ont cru a un cambriolage. Qui voudrait cambrioler un orphelinat ? Il faudrait être bien cruel pour cela. La police a donc pris le témoignage de ma camarade. Vu son regard vide, ses tremblements, et son visage, elle avait dû voir quelque chose d'effrayant. Ou de surprenant. Ou d'inattendu. Lorsqu'ils lui ont demandé qui a fait cela, si elle avait vu l'agresseur, elle a hoché la tête. Faiblement. Ils lui ont alors demandé de le leur décrire. La petite brune m'a alors pointé du doigt. Me désignant comme étant l'assaillante. Je n'ai pas compris. Les policiers aussi. Ils ont d'abord cru à une blague. Tout comme les dames. Elles me connaissaient. Elles savaient que je ne ferai jamais une chose pareille.
Je n'ai tout d'abord pas compris. Avec le peu d'argent que l'on avait, on pouvait tout juste se payer un médecin à chacune. Je n'ai pas pu consulter des psychologues ou autres personnes de ce genre. Tout ce que je sais, c'est que ce qui m'est arrivé dans la chambre, ce n'est pas la première fois que cela me prend. J'aurai donc subis une crise plus violente par le passé. L'inconvénient est que l’événement aurait provoqué une amnésie. Mais pas celle dont on en guérit au bout de quelques semaines. Celle-ci semble plutôt sévère.
Après cette histoire, je me suis doutée que je n'étais pas très blanche. J'ai alors fait en sorte de ne plus m'énerver. Ou de ne plus ressentir cette grande peur. Je souris souvent. On me le répète de temps à autre. Pourquoi ? Parce que sourire fait du bien. Certes, surtout aux autres, mais au moins, grâce à cela, on ne vous ennuie pas. Et vous faites du bien aux autres.
J'ai fait quelques études. J'ai longuement travaillé. Je n'ai plus refais de crise depuis. Car oui, j'ai compris que cela venait de moi. J'ai maintenant 19 ans, j'ai quitté l'orphelinat depuis un ou deux ans, et j'ai trouvé un travail. Quelqu'un m'a engagée comme libraire. J'ai accepté, et on m'a offert un logement. Je vis donc à l'étage de la librairie. Je n'ai rien à ajouter sur mon histoire. Vous savez le principal. Oui, parfois je me demande qui sont mes parents. Où sont ils en ce moment ? Que font-ils ? Sont-ils en vie ? Mais je suppose qu'ils ne me reconnaîtraient pas. Ou qu'ils ne m'aiment pas. Ils ne m'ont pas cherché depuis toutes ces années. »



Behind the scene


Pseudo : Eru.
Âge : 18 ans dans peu.
Comment tu es arrivé ici: Une amie avec un lien skype.
Temps de connexion sur 7jours: Tout dépendra de mon emploi du temps en début d'année.
Ce que tu penses: Pas mal.
Cooode ! : Code Bon♪♫ Jacques 8D


Revenir en haut Aller en bas
Jacques Jones
General en Chef 8D
avatar


MessageSujet: Re: Présentation ─ Kayako Yûki. [ 100 % ]   Ven 16 Aoû - 12:59

Hola mon amie 8D 8D ahahah devine qui qui c'est :B
Déjà je te souhaite bienvenue
ENSUITE je t'annonce que j'ai rien contre ta fifiche, mise à part une histoire un peu frustrante ;w; MAIS c'est mon avis :rire:sinon  

♪♫

__________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Présentation ─ Kayako Yûki. [ 100 % ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation du studio Clamp
» Présentation Rismo : Ile de la Réunion, HTC HD2, Orange
» Présentation video: Classic Superstars 26
» Livre de présentation de photos "temporaires"
» Représentation du 28 novembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Gestion du Personnage :: Présentation :: Natif / Natives Validé(e)s-
Sauter vers: