AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ayato Moriko

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Ayato Moriko   Mer 17 Juil - 12:29


Moriko Ayato...?



Fiche


Nom : Moriko
Prénom : Ayato
Âge : 19ans...? Je pense, pas très sûr...
Date de naissance : 11 Septembre, ô ironie du sort...
Origine(s) : Japonaise aux dernières nouvelles...
Orientation sexuelle : Homosexuel confirmé.
Etranger ? Natifs? Natif pour de vrai.



Et si je vous dis blanc ?
Alala, que dire de moi ? Je pourrais me planter devant un miroir et vous dire ce que je vois, mais ce serait trop facile, savez-vous que moi-même je ne sais pas comment je suis ? Alors je vais faire une chose peu commune, je vais me tripoter. Non non, je ne vais pas me déshabiller pour vous faire plaisir, ce serait trop facile. Donc commençons par le haut.

Ma main passe dans mes cheveux, certains me retombent sur les yeux, ils sont noirs, un peu rêche vu que je me suis réveillé ce matin dans la poussière d'un chemin. Quoi je dors dehors ? Ne rêvez pas, j'ai juste fait un peu trop la fête ! Pour résumé j'ai des cheveux noirs en pagaille et légèrement abîmé, dont il faudra que j'arrange le dernier point. Pour leur longueur je dirais qu'ils sont courts sans être à ras le crâne. Ils me retombent sur la nuque et devant les yeux, cachent à peu près mes oreilles dont celle de gauche porte une cicatrice. Pas un percing arraché, je n'en ai jamais porté, mais une griffure qui a d'ailleurs faillit me l'arracher.

Assez avec les cheveux, passons au visage. Un front, un nez droit, deux yeux en amendes, un nez droit, des lèvres fines. Un visage assez fin, mais indéniablement masculin, un petit menton pointu et... oh ! Des sourcils au-dessus des yeux ! Quoi c'est normal ? Pas vraiment, un ami avait à cœur de me les épiler avant la fin de la soirée, alors j'ai de quoi être fier d'en avoir encore.

Mes mains passent sur mon torse, j'ai presque envie de me tripoter plus en profondeur juste pour le spectacle. Mais je crois que c'est pas très autorisé sur une feuille de présentation... Zut...
Enfin bon, une main passe sur mon bras droit, je crois que j'ai un tatouage ici mais je n'en parlerais pas. Puis une autre main sur mon bras gauche, je suis basketer donc je suis a peu près musclé, mais je suis à la défense, donc pas besoin de devenir musclor. Ces même mains descendent sur mes jambes, évitant ce qui se trouve au milieu. Je ne vous donnerez pas ma taille, allez mourir.

Ah ! Ma taille en hauteur ! Eh ben... Euh... Le mètre soixante-quinze je crois? Oui oui, je sais que je suis un beau gôsse qui fait rêver toute les filles, mais on me dis que je donne toujours un air mélancolique sur le visage et que mes sourires sont toujours discret. Mon rire, ils l'ont jamais entendu. Pourtant je suis sûr que je sais rire, mais quand était la dernière fois où j'ai rit ? Mes yeux ? J'ai oublié les yeux ? Mais non j'ai dis qu'ils étaient en amende ! Ils en ont forcément la couleur ! Bon ok, ils sont changeant selon le temps, gris quand il fait gris, bleu quand il y a du soleil, marron en automne et vert en été. Je ne vous raconte pas les mélange que cela fait parfois...




Vilain gosse !
Arf... Comment se décrire mentalement ? Je pourrais vous donner toutes mes qualités et même en rajouter sans que cela vous donne la puce à l'oreille. Vous ne me connaissez pas alors je pourrais très bien me faire passer pour ce que je ne suis pas. Mais pour l'instant, donnons ce que je suis. Dans approximation, je suis déjà assez célèbre comme ça.
Donc MOI, un peu déconneur, même beaucoup, plaisantin à mes heures perdue. Je suis calme, enfin presque, disons que je ne dis pas non à une bonne soirée ou une belle bêtise comme découper les tulipe de la vieille voisine ou repeindre la maison avec du papier toilette sous une pluie diluvienne. Vous l'aurez compris, je n'ai pas quitté mon caractère d'enfance. Comment ça vous ne me connaissiez pas quand j'étais gosse ? Mais je suis une star mes chéris ! Une star ! Bref, pas du bon côté de la scène, mais c'est déjà pas mal.

Pourtant, quand un mec me plait, parce que je vous le rappel les filles ne m'intéressent pas, je deviens froid et séducteur. Plus froid que séducteur d'ailleurs. Je suis peut-être homosexuel, je n'en reste pas moins préservatif de mon pauvre petit cœur déjà bien émietté. Il s'en ai passé des choses dans ma vie, c'est pourquoi j'ai certes un désir sexuel, cependant il est étouffé par l'angoisse d'avoir mal (Oui je suis un Uke quand mon chéri est seme), de mal m'y prendre (Bon, j'avoue je suis un peu seme sur les bords, surtout avec un mignon petit être) et surtout, surtout, de me faire avoir par mes sentiments. Je m'invente très souvent toute une histoire loin de la réalité.

Je m'attache trop vite, trop fort. Je suis plus physionomique que mental, un gars me plait et ça y es je suis accroc. Mais comme un papillon qui butine, j'ai beaucoup de coup de cœur sans de véritable amour, pour ça ce serait un miracle si quelqu'un arrive à me faire tomber désespérément amoureux de lui. Non je ne suis pas un cœur de glace, plutôt d'artichaut avec une protection bétonné autour du corps. Le pire pour l'attache c'est les amis. Je donnerais ma vie pour eux et ferais tout pour leur rendre le sourire, quitte à briser ma réputation de mec classe. Je n'accepte aucune trahison même pour mon bien, je n'accepte pas que l'on parle sur mon dos et les cachotteries.

En bref, je suis quelqu'un de compliqué, mais je vous es parlé de mon coté lunatique ? De ma violence ? Bah, vous le découvrirez bien assez vite, pas très envie de m'approfondir plus en avant sur ça...




Il était une fois, dans un lieu loin des contes de fées...
Si je devais décrire mon enfance, je vous parlerais d'une photo de moi. C'est la seule qui me reste de cette période là. En fait, je n'ai que deux photo de ce qui me reste de ce passé que j'aimerais effacer. Donc cette photo de moi désigne un gosse. Oui un gosse avec un ballon rouge qui se tourne vers celui qui prend la photo avec un grand sourire heureux. Ce gosse a un tee-shirt trop grand pour lui, un pantalon bien souvent recousu et des pansements un peu partout sur les bras et le visage. Et c'est vraiment moi qui semble respirait la joie de vivre alors que rien dans cette baraque ne prêtait à cela. J'étais son petit soleil, celui qui lui faisait tenir le coup au milieu de cet enfer. Parce qu'avec l'innocence que je me trimballais à l'époque je pensais que tout était normal. Que tout avait toujours été comme ça. Alors il s'accrochait à moi pour pouvoir 'survivre' comme il le disait souvent.

'Il'... 'Il' m'a aimé comme personne ne peux le faire de nouveau. J'ai cru en lui, je me suis accroché à lui avec la même intensité que lui. Pourtant on était gamins, nous étions que des... enfants. Il était âgé de huit ans de plus que moi, sur cette photo avec ce ballon rouge, je n'avais que neuf ans, je vous laisse imaginer ce qui peut se passer entre un gars de dix-sept ans et un gamin de cet âge là ? Pour moi c'était normal. Et c'était bien. Il m'aimait parce que personne d'autre ne le faisait, mon père me faisait mal, je saignais sans cesse. Les voisins m'appelaient 'petit monstre' et ma mère... ma mère est complètement folle à l'heure actuelle. Je crois qu'elle l'a toujours été. Je ne suis pas très sûr, peut-être l'est-elle devenue après toute cette histoire ? C'est une longue histoire pas vraiment joyeuse, j'aimerais vous déconseiller de la lire, mais bon, c'est à votre envie alors moi je vide mon sac.

Petit Monstre. Il paraît que quand je suis né, j'avais étranglé ma petite jumelle. Elle été morte parce que moi je l'avais décidé. Absurde, un nourrisson ne sait pas ce qu'il fait, mais pendant quelques temps je les ais cru. Oh putain. Akiyuki était le seul qui m'aimait, aujourd'hui je me demande si ce n'était pas parce qu'il avait également manqué d'amour dans sa jeunesse, puisque c'est mon grand-frère et qu'on a été élevé un peu de la même manière. Lui a tout hérité de notre père qui est un américain, moi je suis comme ma mère, un véritable japonais. On ne se ressemblait pas, j'ai toujours été jaloux de lui dans un sens, lui pouvait faire ce qu'il voulait de moi alors que moi... Je devais me contenter de ce qu'il me donnait. De ce qu'il daignait m'offrir lorsqu'il allait bien, de cette attitude changeante entre la possessivité et la distance qu'il me jetait à la figure sans cesse.

Ayato Moriko. Est-ce réellement mon nom ? Un soir tout bascula, tout s'écroula. Tout se détrusit de mes mains. J'avais onze ans, il voulait quitter la maison en m'abandonnant derrière. Pour moi il m'appartenait. Vous avais-je dis que je vivais dans une maison à plusieurs étages ? La bonne blague. Je l'ai juste poussé, j'étais en larmes, j'avais tellement mal. Je crois. Je n'ai que des sensations fugace. A vous dire vrai, je ne me souviens pas du tout de cette journée, mais ma mère me la assez hurlé dessus, a assez piqué de crise pour que je le retienne. Je l'avais tué, brisé la nuque sur une marche. Je me l'ai enlevé. Ô ironie du sort, mon anniversaire est maudit car c'est la date d'une grande perte, alors il était normal que ma vie sois jonchée de perte.

J'ai été placé, tout ce que j'avais emmené avec moi c'est deux photo, même pas un boxer ou un tee-shirt. Juste deux photo, l'un représentant un gamin heureux l'autre une femme et un homme souriant, la femme ayant un ventre arrondit. Aucune photo d'Akiyuki. A quoi bon ? Je ne me souviens même pas de son visage. La belle affaire ! J'ai tout oublié de lui, sauf ce qu'on m'a raconté. Je suis égoïste, je suis mauvais. Au foyer j'ai appris à devenir violent, j'ai appris à m'enfermer dans un cocon protecteur. Mais revenir dans ma ville d'origine m'as fais du bien, je ne suis toujours pas allé au cimetière, mais j'ai revu ma mère internée, mon père a disparut. J'ai ma vie désormais, je suis calmé, je suis... Un peu moi-même je pense. Je ne sais plus en vérité, je ne sais plus. On m'a parlé de cette légende, petit c'est mon frère qui m'en avait parlé, je n'y crois pas vraiment, mais si elle existe vraiment, je pense que cette fille doit se sentir aussi seule et perdue que moi-même. J'aimerais bien la voir, non pour l'immortalité, mais simplement pour savoir comment elle peut vivre en se souvenant...


Behind the scene


Pseudo : ... RYRY ♥
Âge : C'est inconvénient de demander l'âge.
Comment tu es arrivé ici: Par un petit message très meugnon
Temps de connexion sur 7jours: Très bonne question... Quand je peux ?
Ce que tu penses: Vous avez assuré les filles, il est bien votre forum !
Cooode ! : Mouais code bon~Yukiko


Revenir en haut Aller en bas
Jacques Jones
General en Chef 8D
avatar


MessageSujet: Re: Ayato Moriko   Mer 17 Juil - 21:55

Voulà je n'ai rien à dis de particulier 8D Fiche clair net et précise♥




Bon ben n'oublie pas de rescenser ton vava 8D et bon jeu parmis nous♥

__________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ayato Moriko
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» prix des myth cloth ?
» Magnolia
» Mariko KOIKE (Japon)
» [JV/ANIME] Diabolik Lovers
» DIABOLIK LOVERS SAISON 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Gestion du Personnage :: Présentation :: Natif / Natives Validé(e)s-
Sauter vers: